Blog

L’anecdote du four

Tout a commencé une belle après-midi de décembre…
Allez, une fois n’est pas coutume, aujourd’hui je ne vous parle pas vraiment diététique, je vous raconte mes péripéties de noël.

23 décembre, après-midi

Nous jouons tranquillement en famille en attendant noël, nous passons tout le 24 chez ma belle famille, puis le 25 au matin nous partons chez ma famille, pour quelques jours.
Donc, le 23, mon idée était de vider le frigo pour partir tranquillement et ne rien gaspiller. Cette phrase prendra son importance plus tard.
Il est à peu près 15h, E., mon fils, 2 ans et demie, s’amuse : il joue avec ses casseroles en plastique à faire cuire ses Légo (bin quoi ? Goûtez, c’est surprenant !! 😀 ), il aime jouer à cuisiner #FilsDeDiet, mais cette fois-ci, son four imaginaire ne lui suffit pas : il veut jouer avec le four (éteint) de maman. Va savoir pourquoi. Alors il joue, il ouvre le four, pose un légo dedans, le ressort, vérifie la cuisson, le remet….etc…Puis il met d’autres jouets dans le four, tout y passe, même le cochon en plastique. Même le cochon en plastique… Monsieur cochon n’a pas su rentrer le ventre quand la porte du four s’est refermée sur lui. Monsieur cochon a cassé la vitre du four. J’ai eu peur. Mon fils a eu peur. Mon mari a eu peur. Vite ! Évacuez les lieux ! En réalité, après s’est assurés que E. n’avait rien, il fallait surtout évacuer pour ne pas croiser mon chemin !! (en vrai, je ne me suis pas énervée, mais il faut bien romancer un peu, non ?)
Sur ces faits, nous partons balader en famille, j’oublie mon four, je profite de la “magie de noël”, tout va bien.

23 décembre, soirée

En rentrant à la maison, je pense à mon repas du soir : finir les restes : une pâte à pizza, des restes de fromage… Ça fuse dans ma tête, ce sera pizza au fromage ! Je sors la pâte, l’étale, avec mon fils E. qui m’aide, étale la sauce tomate, commence à couper les fromages……….Et là, le drame, j’y pense : je n’ai plus de four ! Comme quoi ça ne fuse pas toujours dans ma tête !! Pas question de changer le menu, de toute façon, on n’a rien d’autre. Alors ce sera pizza à la poêle. Et pourquoi pas ?
Eh bien figurez-vous qu’elle était excellente. Si j’y avais pensé plus tôt j’aurai fait précuire un peu le côté garni de la pâte avant, parce qu’elle a mis longtemps à cuire. (il faut bien quand même une astuce diet sur cet article…

24, 25, 26, 27, 28, 29 décembre :

Aucun repas chez nous, nous sommes tranquillement dans nos familles et profitons de Noël.
J’oublie mon four et ma pizza à la poêle.

31 décembre :

C’est mon anniversaire (youpi), je me décide à la dernière minute de me faire un gâteau, pour le repas du soir. Je n’avais pas vraiment prévu, et je n’ai pas fait les courses en fonction, alors, comme à mon habitude, j’improvise : une pâte feuilletée, du chocolat, des poires… C’est parti pour une tarte poire chocolat. Encore une fois, E. met la main à la pâte et m’aide : il étale la pâte dans le moule, fais des petits trous avec la fourchette… Je fais fondre le chocolat, coupe les poires…….Et là, le drame, j’y repense : je n’ai plus de four !! #MémoireDePoissonRouge! Ça a marché pour la pizza, alors je le tente : la tarte au chocolat à la poêle ! Une grande poêle, un couvercle par dessus, et c’est parti pour 40 minutes à se demander ce que ça allait donner.
Et bien vous savez quoi ? Elle était délicieuse. Cuite, et délicieuse.

Je n’ai pas de morale ou de final à cette histoire.

Mais je vous souhaite à tous une délicieuse année, qu’elle soit pleine de couleurs dans vos assiettes et de soleil dans vos vies.

Drop a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *